Les lève-tard ne sont en aucun cas des fainéants… au contraire ! Voilà pourquoi il faut éviter de les critiquer:


51 267

Partages


Les lève-tard souffrent de nombreux préjugés. Pourtant, il faut bien comprendre que ce n’est pas leur faute et qu’ils ne sont pas plus fainéants que la moyenne ! C’est simplement le monde qui est décalé par rapport à eux. Heureusement, il y a des solutions à cela !

Si vous êtes, comme moi, plutôt du genre à vous lever tard, il est fort probable que vous ayez un jour ou l’autre subi les remarques désobligeantes de ceux qui se lèvent tôt. L’avenir leur appartiendrait, soi-disant ! Ils ne se privent pas, du coup, de vous traiter de grosses feignasses, de vous faire la leçon et de venir vous expliquer doctement qu’il vous faut vous coucher plus tôt le soir.

Oui mais voilà, ce n’est pas si simple…  Si il y a des lève-tôt et des lève-tard, sachez que ce n’est pas (uniquement) dû à l’habitude : il y a aussi une grosse part de génétique là-dedans.

Les lève-tard ne sont en aucun cas des fainéants… au contraire ! Voilà pourquoi il faut éviter de les critiquer:

En clair, il y a des gens qui sont plutôt « programmés » pour se coucher tôt et se lever tôt, et d’autres qui ont une tendance naturelle à s’endormir beaucoup plus tard et à émerger plus tard le matin. Et il n’y a aucun problème avec ça ! Alors on voit venir les adeptes du lever à 6 heures du mat’, qui nous expliquent que l’on est beaucoup plus productif le matin et que le monde tourne tandis que vous êtes encore en train de ronfler sous les draps.

Pourtant, chez les lève-tard, ces pics de productivité sont bien présents, mais ils se manifestent tout simplement beaucoup plus tard dans la journée !

Et vous allez comprendre pourquoi les lève-tard sont vraiment injustement stigmatisés. Vous êtes-vous déjà demandé comment nous vient l’envie de dormir ? En fait, votre cerveau envoie des petits signaux au reste du corps sous la forme d’une sécrétion d’hormone, la mélatonine, qui va dire à votre carcasse fourbue qu’il est grand temps de faire dodo. Chez les lève-tard, la sécrétion de cette hormone se produit simplement beaucoup plus tard, ce qui leur permet de rester éveillés (et productifs) jusqu’à tard dans la nuit… Ils n’y peuvent rien, c’est leur cerveau qui fonctionne ainsi !

Comme ils trouvent le sommeil beaucoup plus tard, ils se réveillent également plus tard. Leur cycle de sommeil est simplement décalé. Et si ceux qui se lèvent au chant du coq les traitent de fainéants, c’est bien parce qu’ils se couchent aussi comme les poules !
C’est bien là l’ironie du sort : ils sont déjà profondément endormis à l’heure où les lève-tard commencent à devenir vraiment productifs, et ne les voient donc jamais à leur pic d’activité. Ils pensent donc que les lève-tard sont simplement des personnes qui dorment plus que les autres, ce qui n’est pas (forcément) le cas.

 

Les lève-tard ne sont en aucun cas des fainéants… au contraire ! Voilà pourquoi il faut éviter de les critiquer:

Dans un monde parfait, on pourrait rester couchés le matin et dormir plus longtemps.

Malheureusement, dans la pratique, nous avons bien souvent des obligations à respecter, des horaires de travail bien définies qui nous obligent à nous adapter à un certain rythme. Bien souvent, les lève-tard ont donc toutes les peines du monde à se lever à l’horaire voulue, ils gardent l’esprit embrumé jusqu’à une certaine heure et sont obligés de compenser en buvant café après café… le problème étant alors que le café ne « soigne » pas de la fatigue, il ne fait que la repousser, et vous commencez à piquer du nez dans l’après-midi. Et là, allez-donc expliquer à votre patron (ou à votre prof) que c’est la faute de la mélatonine, bon courage !

 

Si vous faites partie de ce type de personnes et que vous êtes, vous aussi, confronté à ce problème, voici quelques astuces qui pourraient vous être utiles pour survivre dans ce monde cruel de lève-tôt :

 

–  Planifier votre journée la veille : Vous pouvez utiliser l’énergie dont vous disposez en trop le soir de manière productive ! Par exemple, vous pouvez vous avancer sur votre travail ou encore prévoir les tâches que vous devrez accomplir le lendemain afin d’y voir plus clair dans la brume matinale. Ainsi vous démarrerez peut-être la journée plus tard, mais au moins vous serez fin prêt.

 

–  Trouver à quel moment votre productivité est la plus forte : Cela sera probablement dans l’après-midi, mais suivant les personnes cela peut également être dans la soirée, ou même passé minuit. Quand vous aurez découvert quelle est votre heure, employez ce temps de manière stratégique !

 

–  Préservez à tout prix ce moment pour pouvoir travailler au calme : Lorsque vous êtes plus productif tôt le matin (ou tard le soir), vous avez la chance de pouvoir travailler sans trop être dérangé. Par contre, si c’est dans l’après-midi que vous êtes le plus efficace, arrangez-vous pour trouver un moment loin de la foule. Ça demande juste un peu d’organisation !

 

Il ne faut pas mettre la pression sur les lève-tard pour les obliger à « devenir » des lève-tôt. Il n’y a pas de meilleure formule, et l’un n’est pas supérieur à l’autre : le plus important, c’est de trouver son juste équilibre afin de ne pas manquer de sommeil !


51 267

Partages


Commentaires


Encore plus de Meilleur du Pire