Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.


8 718

Partages


La tribu des Mosos vit autour du lac Lugu, au sud-ouest de la Chine, proche de la frontière tibétaine. A l’occasion du 50ème anniversaire de l’ONU, ce peuple a gagné le titre de « communauté modèle ». Ils intriguent le reste du monde de par leur culture et leurs coutumes, mais surtout par leur vision bien particulières de l’amour et de la relation intime. Le lac Lugu serait, selon la légende, né des larmes de la déesse Gemu, que tous vénèrent. Cette tribu, considérée comme le dernier peuple matriarcal intact, vit depuis 800 ans avec les mêmes traditions, qui régissent leur quotidien.  Découvrez cette société qui vit au pied de l’Himalaya,  sans père ni mari.

Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.

Tous les enfants vivent auprès de leur mère. Chez les Moso, le père ne s’occupe pas des enfants, il vit avec sa propre famille. Les enfants du couple vivent avec la famille de leur mère. Pendant que les mères travaillent, leur frère s’occupe de leurs enfants. Le père des enfants peut venir leur rendre visite, mais il le fait de son propre chef. Il n’est pas du tout obligé de se soucier de ses enfants. Les frères, quant à eux, sont chargés de s’occuper des enfants de leurs soeurs. Et leurs propres enfants sont éduqués par les frères de leur conjointe. Ils aiment leurs neveux et nièces comme leurs propres enfants. Chez les Moso, l’oncle à plus de droit sur les enfants que le père biologique.

Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir. Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.

Chez ce peuple matriarcal, le mariage n’existe pas. Chacun est libre de vivre sa sexualité comme il l’entend, mais sans la notion d’engagement. Pour eux, le mariage représente une menace à l’harmonie ; une valeur essentielle pour laquelle chacun oeuvre. L’harmonie passant avant toute chose, notamment l’argent. Ils estiment alors qu’être marié revient à se vendre dans une forme d’illusion : les Mosos pensent qu’il est insensé de se promettre la passion éternelle, puisque personne ne sait de quoi demain sera fait.

Les principes économiques d’une famille reposent sur tous les membres qui la composent. Chaque personne a un rôle à jouer, il est donc impossible que quelqu’un quitte le foyer pour un amour, puisque de toute façon chacun peut fréquenter qui il veut à sa guise. Le fait de refuser le mariage inclut donc une sexualité libre, sans domination entre les sexes et sans fidélité.

Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.

Cela ne signifie pas qu’un homme et une femme, tous deux amoureux, aillent forcément coucher dans le lit d’autres partenaires. Simplement ils ne jugent pas nécessaire d’en faire une promesse, puisque celle-ci pourrait être brisée. Lorsqu’une séparation survient, elle se fait dans la douceur et le respect de l’autre. Chacun faisant en sorte que l’harmonie persiste.

Dès l’âge de 13 ans, les enfants atteignent leur majorité. Les filles obtiennent leur propre chambre et sont donc libres de découvrir le sexe, mais peuvent prendre tout le temps nécessaire jusqu’à ce qu’elles se sentent prêtes à devenir des femmes. Lorsque l’amour est là, alors le compagnon est accepté au même titre qu’un ami de la famille, il pourra aider dans la maison et s’occuper des enfants de sa bien-aimée, qu’ils soient de lui ou non.

Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.

Lorsque la mère de famille décède, c’est sa première fille qui est destinée à la remplacer dans son rôle. Elle décidera alors des tâches à accomplir pour la journée et donnera les instructions, tandis qu’elle s’occupera de la maison où vivent ses enfants et petits-enfants.

Depuis huit siècles, les femmes travaillent dans les champs pendant que les hommes s’occupent des enfants. Mais en dehors de cette mission, ce sont eux qui bâtissent les maisons et gèrent les affaires extérieures au village. Certains d’entre eux sont choisis pour leurs aptitudes scolaires et, si leur mère accepte, sont envoyés au Tibet afin de recevoir une formation de Lama auprès de grands maîtres Bouddhistes. Ils reviendront plus tard au village pour devenir des chefs religieux. Lorsque ces derniers organisent les fêtes célébrant les ancêtres ou la nature, ils ne participent pas aux jeux de séduction des autres Mosos.

Ces rites sont l’occasion de danser et de charmer l’autre, sans se cacher. Personne ne viendra juger le choix d’un partenaire ni la manière de le séduire. Tous les Mosos peuvent profiter de leurs passions, et aiment concevoir le couple comme une relation basée sur l’amour et le sexe.

Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir. Ces gens ont une autre vision de la vie, un autre mode très différent par rapport à nous.. Je vous laisse le découvrir.

Que pouvons-nous penser, en tant qu’occidentaux, de ce modèle qui exclut la promesse de fidélité ? Pourrions-nous accepter d’aimer sans vivre aux côtés de la personne convoitée ? Nous qui voyons si souvent des couples qui se séparent dans le déchirement, pourrions-nous prendre exemple sur les Mosos ?

L’harmonie de la famille est la valeur qu’ils défendent le plus, leurs traditions prouvent qu’ils y parviennent. Auraient-ils trouvé une façon d’être heureux ?


8 718

Partages


Commentaires


Encore plus de Meilleur du Pire